Chloé Serre

Play-back

du 08 juillet
au 25 septembre 2022

L’exposition Play-back fait suite à une résidence de l’artiste Chloé Serre entre les villes de Saint-Etienne et de Thiers, qui s’est attachée à confronter plusieurs récits du féminin : ceux véhiculés d’un côté par le biais des médias - notamment de la publicité et de la presse féminine – et ceux relatés d’un autre côté par des femmes issues du territoire du Livradois-Forez. Le titre Play-back fait référence aux paroles et aux récits qui se tissent autour de la figure féminine, et de ce que diffusent ces interprétations dans la société.

    La représentation des femmes sur papier glacé véhicule des modes de vie stéréotypés, figés par le biais de rubriques, postures et gestuelles normées. La féminité médiatique convoque une existence fabriquée dans laquelle « La Femme » devient un personnage évoluant dans un décor censé refléter une réalité quotidienne qui, à défaut d’exister, impacte pourtant les réalités existantes. Se jouant de cette mise en scène du féminin, Play-back se saisit des situations, des poncifs et des rôles assignés aux femmes en les mettant en présence de paroles dites « ordinaires », de vies réelles et vécues de femmes du territoire du Livradois-Forez ayant une histoire intimement liée à l’industrie. Dans son exposition, l’artiste nous invite à observer la désynchronisation entre ce féminin fictif ostentatoire et ces voix discrètes, quasi muettes.

    Au cours de sa résidence, Chloé Serre est partie à la recherche de récits du quotidien de femmes auprès de quelques personnes ressources et au sein de plusieurs fonds d’archives : les fonds documentaires du Musée de la Mine et du musée d’Art et d’Industrie de la Ville de Saint-Etienne, les archives municipales de la Ville de Thiers, des extraits d’émissions télévisées, de la presse féminine des années 1960 et d’aujourd’hui. Au fil de ses recherches, elle a recueilli des témoignages discrets autour du travail féminin sur le territoire du Livradois-Forez, notamment celui des clapeuses et des lampistes du côté de Saint-Etienne, des brodeuses et des grenadières du côté de Thiers.

    Toute cette matière récoltée en résidence a nourri à la fois la conception de sculptures et de dessins pour son exposition et une performance, interprétée sur place le jour du vernissage par Catherine et Constance Rutherford et Marine Von Guigo et éditée sous forme d’un jeu de cartes disséminé dans l’espace. L’exposition en elle-même se présente comme un jeu de formes, de couleurs et de motifs qui dépeignent une certaine idée de la féminité, liée à des normes, des règles qui se jouent à tous les niveaux, et en particulier dans l’espace domestique. Chloé Serre souhaite y représenter le féminin sans en illustrer les corps, par l’intermédiaire d’objets-signes, des sculptures simples qui deviennent des objets.

L’exposition de Chloé Serre fait suite à une résidence réalisée en partenariat avec la Ville de Saint-Etienne sur le territoire du Parc Naturel Régional Livradois-Forez. Les pièces présentées ont été réalisées grâce à l’aide de la Menuiserie Croizat à Saint-Chamond. Certaines sculptures Couvre-chefs ont été réalisées en résidence par Chloé Serre et Constance Rutherford en partenariat avec l’association SINGA dans le cadre du programme Transat des Ateliers Médicis soutenu par le Ministère de la Culture – Été culturel.