Projet artistique et culturel

Le projet artistique et culturel du Centre d'art contemporain Le Creux de l'enfer s'adosse sur ce qui a fondé l'apparition du centre d'art contemporain, né de l'expérience réussie d'un partage des formes artistiques et des savoirs artisanaux, mais aussi de la volonté des artistes et des politiques d'unir l'architecture industrielle des coutelleries à une activité de création permanente.  

Il entend ainsi trouver une articulation favorable entre l'histoire du Creux de l'enfer et la réaffirmation de missions fondamentales aux centres d'art contemporain, celles de créer, à travers des projets de production, de diffusion et de sensibilisation, les conditions d'un dialogue fructueux entre les acteurs artistiques et la population dans toute sa diversité.

Revendiquant qu’un centre d’art n’est jamais aussi pertinent que quand il s’inscrit pleinement dans son territoire, le projet artistique souhaite encourager la rencontre des acteurs qui participent à la conception de l’art d’aujourd’hui.

A ce titre, il constitue l’un des maillons essentiels du territoire à l'échelle locale et régionale et prend appui sur le réseau institutionnel existant afin de créer des conditions favorables de production, de co-production et de collaboration. Il accompagne ainsi les initiatives et se fait le révélateur de la qualité de la scène artistique locale et régionale en Auvergne Rhône-Alpes, autant qu’il porte et structure des initiatives artistiques à l’échelon national et international.  

La production artistique est alors pleinement investie et fait l’objet d’un guide de réflexion sur un ensemble de programmes. Facilitant la collaboration des savoirs techniques, scientifiques et artisanaux, mais aussi investissant des processus de collaboration et de production raisonnée, le centre d’art contemporain souhaite se positionner comme un outil de production innovant, rejouant les formats et la nature des œuvres autant que le statut des artistes et de ceux qui y prennent part.

Au travers de la programmation annuelle de 9 expositions monographiques ou collectives, et de cycles réguliers de rencontres et de conférences, mais aussi d’évènements publics exceptionnels, il positionne l’artiste au cœur de chaque dispositif et crée les conditions d’un échange fructueux avec les publics de tout horizon.

Nourri de multiples influences, entre industrie et nature, geste et pensée, le Creux de l’enfer définit un projet aussi bien expérimental qu’accessible, exigeant que généreux, pointu que convivial. Le Creux de l’enfer est ainsi le lieu des métamorphoses, du partage des savoirs et du décloisonnement des pratiques, où le populaire côtoie le savant, où le militant partage l’intime, où les domaines de recherches s’entrecroisent.  

Sophie Auger-Grappin, directrice du centre d'art

Le Creux de l'Enfer

centre d'art contemporain d'intérêt national

Directrice du centre d’art contemporain Le Creux de l’enfer depuis 2018, Sophie Auger-Grappin est diplômée en arts appliqués à l’ENSAAMA de Paris, et conjugue un Master en histoire de l’art et management culturel obtenu à l’École Supérieure d’Art et de Culture(EAC Paris) à un DESS de Développement Culturel réalisé à l’Université de sociologie à Rouen. Elle a assisté la responsable du Fiacre (Fond d’incitation à la création) du Ministère de la culture et de la communication de 2000 à 2001, puis a été chargée de projets de développement des expositions au CNEAI (Centre national de l'édition et de l'art imprimé) de 2002 à 2006. Elle a été responsable du centre d'art contemporain Micro Onde de L'Onde à Vélizy-Villacoublay de 2008 à 2018. Elle a initié le projet des Résidences La Borne au Centre céramique contemporaine La Borne (18), dont elle a été directrice artistique de 2013 à 2018.