Projets en partenariat

Passeur de gestes, de paroles et de formes, explorateur de l’ordinaire, des pratiques ancestrales comme des nouveaux usages, le centre d’art contemporain du Creux de l’enfer promeut des expériences de rencontres avec le public. Il crée ainsi des contextes de créations spécifiques, des dispositifs inédits de mise en relation de l’art avec les publics où les savoirs sont partagés et toujours réinventés. Ayant pour vocation de fédérer de nombreux acteurs autour de projets artistiques, il tisse ainsi en permanence de nouvelles alliances permettant d’activer un processus toujours plus actif de remise en question du monde et de réflexion, face aux mutations profondes que nous vivons.

Se positionnant au sein d’un réseau d’échanges, le Creux de l’enfer agit à différentes échelles : locales, régionales et nationales. Il conçoit des projets avec des partenaires collaborateurs aux statuts variés: collectivités, entrepreneurs, institutions artistiques et culturelles, établissements scolaires, associations... Ces projets s’élaborent sous la forme de résidences de productions, de temps d’expériences ou de créations collectives,et peuvent être valorisés sous la forme d’évènements et d’expositions publics, dans et hors-les-murs.

Résidences de co-création avec la ville de Saint-Etienne

Depuis 2021, la ville de Saint-Etienne a souhaité collaborer avec le Creux de l’enfer pour développer et organiser une résidence artistique sur le territoire large du Livradois Forez, zone géographique rurale comprise entre Thiers et Saint-Etienne. Sollicité au travers d’un appel à projet annuel, l’artiste est sélectionné pour sa capacité à proposer un projet de co-création, visant à expérimenter en groupe toutes les étapes de la conception d’une œuvre. Le principe de co-création repose sur le présupposé que chacun peut apporter, de manière égalitaire, un élément constructif au travail créatif, et que l’amateurisme et le professionnalisme de chacun sont sans cesse redistribués. La restitution du projet collectif se déroule en deux lieux: au Creux de l’enfer, sur le site de l’usine du May et dans l’espace d’exposition de la Serre à Saint-Etienne.

Clermont Métropole, acteur des arts visuels

Au travers de ses actions, le Creux de l’enfer facilite la circulation des œuvres et des artistes sur le territoire régional. Le lien entre la Métropole clermontoise et le centre d’art s’est concrétisé pendant de nombreuses années par les dispositifs « Les enfants du Sabbat » et « Eclats », organisés en partenariat avec les écoles supérieures d’art de Lyon, de Clermont-Ferrand, de Bourges. Ce lien s’est réorienté en 2021 autour de partenariats accrus avec les artistes et collectifs du territoire.

L’association Le Creux de l’enfer propose à son initiative un programme mobilité/création qui permet l’organisation d’expositions pour des artistes soutenus par les acteurs des arts visuels et les collectifs clermontois, ou pour des étudiants post-diplômés de l’ESACM.

L’association propose aussi de renforcer la mobilité du public de la Métropole vers ses espaces, notamment par l’organisation de navettes lors d’événements thématiques comme les vernissages, de rencontres, de conférences ou de workshops avec des structures clermontoises comme Artistes en Résidence, In Extenso, La Diode...

Résidences Art-Entreprise

 Lieu de recherches et d’expériences Le Creux de l’Enfer s’investit aux côtés des artistes à toutes les étapes de la conception d’une œuvre et facilite leur mise en relation avec les différents acteurs techniques et scientifiques du territoire.

En 2018, le projet de résidence engagé avec Charlotte Charbonnel et l’entreprise de coutellerie Claude Dozorme a initié un programme de recherches où l’artiste s’est investie au sein d’un atelier de fabrication. Ce projet a permis d’associer les acteurs de l’entreprise à toutes les étapes de la conception d'une série d’œuvres en métal damassé, intitulée Nucleus.

Ce process se poursuit annuellement au travers de nouvelles invitations artistiques faites en entreprise. Chaque collaboration permet de travailler sur de nouveaux sujets et de comprendre qu’un projet artistique peut constituer une véritable expérience. Elle suscite des défis d’étude et de réalisation qui impliquent collectivement de nombreux acteurs. Dans un contexte de concurrence économique accrue et de crise de sens, ces temps de recherches artistiques constituent des moments où l’imprévisible est possible, où la question du détournement est en jeu, où la créativité est investie et partagée. L’artiste se nourrit aussi d’une ressource de savoirs et de rencontres humaines d’une incomparable richesse.

Les recherches et les productions issues de ces expériences sont articulées au programme artistique des expositions du centre d’art du Creux de l’enfer.